Titre : Les marchés débutent 2024 du bon pied

(Chapô) Nos clients s’expriment tous les jours dans la Presse. Chaque mois, nous synthétisons pour vous leurs prises de parole les plus importantes.
Dans cette édition, Optigestion, Riches-Flores Research, Ossiam, Galilee AM, La Financière d’Orion et Remake AM.

  • Les Bourses signent de nouveaux records

  • Bilans et perspectives des gérants

  • Galilee Am s’allie avec BlackRock

  • Remake Live fait ses emplettes

Après une fin d’année 2023 tonitruante, les marchés boursiers ont vécu une première semaine 2024 difficile, marquée par des prises de bénéfices une remontée des taux et un regain de tensions au Moyen-Orient, observe Véronique Riches-Flores, économiste indépendante présidente de RichesFlores Research. Les actifs à risque ont cependant repris ensuite leur marche vers l’avant, alors que les investisseurs anticipent une première baisse des taux de la Réserve fédérale (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) au cours des prochains mois, souligne l’économiste. Ainsi, Wall Street et les principales bourses européennes ont enregistré à la fin du mois de janvier de nouveaux records de clôture, soutenues par la bonne santé de l’économie américaine. Dans le même temps, l’inflation a nettement décéléré pour retrouver l’objectif de la banque centrale de 2% en raison notamment de la désinflation importée chinoise, précise Véronique Riches-Flores. Fort de ce constat, la banque centrale a laissé ses taux inchangés, lors de sa réunion du 31 janvier, mais concédé qu’un assouplissement monétaire était probable dans le courant de l’année alors que le marché de l’emploi américain a montré des signes de faiblesse au mois de décembre, note Véronique Riches-Flores. Plus tôt dans le mois, la BCE a, elle aussi, comme attendu par l’économiste, laissé ses taux inchangés mais conforté la prévision du marché d’une baisse des taux en juin au plus tard. À Paris, l’indice CAC 40 a profité des résultats solides et les perspectives encourageantes dévoilés par le numéro un mondial du luxe, LVMH qui continue de profiter de la capacité et de la force de ses marques, souligne Damien Ledda, directeur de la gestion de Galilee Asset Management. En Asie, les actions chinoises ont poursuivi leur baisse, toujours plombées par la déflation liée à la crise immobilière, constate Véronique Riches-Flores. Cette dernière continue d’afficher sa prudence vis-à-vis de la deuxième économie du monde qui souffre également du déclin démographique.

Bilans et perspectives des gérants

Du côté de l’industrie de la gestion d’actifs, c’est l’heure des premiers bilans pour l’année qui vient de s’écouler et de la présentation des stratégies pour 2024. Optigestion revendique ainsi une performance annuelle 30% pour son fonds de conviction Optigest Monde grâce notamment à l’envolée de l’intelligence artificielle (IA). De son côté, Galilee AM a dévoilé une performance d’un peu plus de 17% pour son fonds Galilée Innovation Europe, un fonds d'actions européennes dédié à des sociétés innovantes. Ossiam a pour sa part enregistré une collecte nette de 1,1 milliard d’euros l’an dernier. Les encours de l’affilié de Natixis IM spécialisé notamment dans la gestion quantitative et les ETF ont pour leur part crû de 25,6%, à 9,8 milliards d’euros.

Pour l’année en cours, Galilee AM a présenté certains des thèmes que le gérant juge les plus porteurs. Roni Michaly, président-directeur général du groupe a exhorté les investisseurs à prendre part à la transition écologique, soulignant que la gestion active constituait la pierre angulaire de l’investissement responsable. L’expert a également mis en avant le potentiel de la thématique de l’économie du sport, qui devrait croître deux fois plus vite que la croissance mondiale. La société de gestion s’est également intéressée aux secteurs qui profiteraient d’une victoire Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Selon Antoine Robbe, analyste et assistant gérant chez Galilee AM, la revanche de l’ancien président américain bénéficierait aux secteurs de l’énergie, de la défense et de la finance du futur.

Galilee AM s’allie avec BlackRock

En termes de produits, Rony Michaly a annoncé que sa société Galilee AM avait lancé des mandats 100% ETF en assurance-vie et en compte titres. Ces mandats reposent sur des allocations d’actifs élaborées par BlackRock, au Luxembourg, en France et en Suisse, a précisé le PDG.  Galilee AM sera chargée de la construction des portefeuilles, qui s'appuie sur son expertise de sélection de fonds et sa connaissance fine des besoins des CGP et des family offices. Dans le détail, les CGP pourront être commissionnés sur les frais de mandat, a précisé Rony Michaly.

Benjamin Magny, associé, directeur du développement et membre du comité exécutif de La Financière d'Orion a souligné que la remontée des taux d’intérêt permettait, à nouveau, de construire des formules à capital 100% protégé et de rendement. Timothée Levesque, chargé des investissements à La Financière Orion a mis en lumière le fonds Pictet Global Megatrend Sélection P EUR, qui propose une diversification accrue au sein des portefeuilles.

Remake Live fait ses emplettes

Du côté de l’investissement immobilier, les SCPI dernières générations, comme Remake Live de Remake AM, continuent de susciter l’intérêt en raison de leur capaciter à maintenir ou revaloriser leurs parts dans un environnement difficile. La société de gestion s’attend à un rendement de 7,5% en 2024, soit l’un des meilleurs du marché, comme en 2023. Pour 2023, la SCPI Remake Live a annoncé un taux de distribution de 7,79% et une collecte de 270 millions d’euros, soit plus du double qu’en 2022. Cette capacité à collecter a permis à la jeune SCPI d’acquérir en janvier le campus Massy pour 66,5 millions d’euros. Fin décembre, Remake Live avait signé son premier investissement à Londres pour 42,8 millions d’euros.